Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CaP ou pas CaP ?!

2014 02 15 - Course de la Saint Valentin (10 km)

20 Février 2014 , Rédigé par Hubert Leclercq Publié dans #Récit de course sur route

15e édition et ma 5e participation a cette manifestation. Bien organisée par les Frontrunners de Paris, la course compte pour le Paris Running Tour, l’accueil comme l’ambiance sont particulièrement excellents.

Cette année, travaux dans les buttes Chaumont obligent, les 10 km se dérouleront sur le même format, 5 tours, mais dans le parc de la Villette, entre cité de la musique, la grande Halle, le Zenith et le canal.
La première chose qui nous est venue a l’esprit quand Pascal, Isabelle et moi avons appris la délocalisation exceptionnelle de la manifestation, c’est que ça serait tout plat, donc propice à la performance. Mais c’était sans compter sur un parcours un peu plus sinueux, sur la présence de pavés et surtout d’un vent fort sur les 500 m qui bordent le canal.

5H45, samedi matin, le réveil sonne. Pour une course programmée à 10h30 ça me laisse le temps de préparer mes affaires... En fait, ce réveil aussi matinal était programmé pour sortir dans la rue le bazar que les encombrants doivent nous débarrasser.
8H30, je retrouve Pascal, Isabelle et Joseph. Ce dernier est arrivé la veille de Saint-Quentin (02) et a passé la nuit chez Pascal. Il a bien aidé Pascal à descendre le mobilier dont il voulait se séparer.

En attendant le bus, la perruque bleue d’Isabelle ne passe pas inaperçue. Le trajet en bus se fait dans la joie et la bonne humeur, c’est aussi l’occasion pour Joseph de faire une balade touristique.
Arrivé porte de Pantin, je constate que le quartier a bien changé depuis mon dernier match de foot sur le stade Jules Ladoumègue. Il faut désormais faire tout le tour pour entrer dans le complexe sportif.
Nous croisons Francine qui attend que Marc trouve une place pour se garer mais nous filons immédiatement dans la salle nous mettre à l’abri du vent. Le dossard, la puce et le beau t-shirt en main, on se trouve une place pour se mettre en tenue. Vont venir nous rejoindre, Nadia et ses schtroumpfettes, suivi de près par Jérôme le miraculé. Jérôme devait participer à cette manifestation pour le seconde fois avec pour objectif de passer largement sous l’heure mais la semaine précédente, un souci cardiaque l’a obligé à abandonner ce projet.
Ce n’est que partie remise !!

C’est son neveu Mickaël qui va profiter de son dossard. Ce sera sa première compétition en course à pied. Les sacs déposés à la consigne, je salue les amis facebook Jean-Pierre, Pascal et d’autres dont j’ignore les prénoms (toutes mes excuses) puis, nous nous dirigeons vers le parc de la Villette à environ 700 m du stade.

En cours de route nous croiserons Charly, un collègue qui habite le coin et qui promène son chien. Devant la grande halle, l’échauffement collectif a déjà commencé. On va trottiner un peu pour se mettre dans le bain, mais avant de se positionner sur la ligne de départ je dois me soulager, et je ne suis pas le seul.

Quelques photos et on se place dans le peloton. Des personnes nous signalent qu’on serait mieux devant, car nous sommes dans un groupe d’équipes en duo déjà en place bien qu’ils partent 3 minutes après nous.
Mickael compte faire dans les 50 minutes et reste donc dans mon sillage. Je lui dis qu’il va s’ennuyer avec moi et qu’il ferait mieux de s’envoler de ses propres ailes, enfin, il fait comme il veut.
Joseph n’a pas d’objectif kilométrique, contrairement à Pascal qui s’est positionné en conséquence bien devant pour atteindre le sien. Francine est aussi devant nous, je ne vois plus Marc, Isa, Nadia et ses amies. Le décompte final est lancé, on se souhaite une bonne course et c’est parti pour 10 km.

Nous nous élançons sur une ligne droite d’un peu moins de 400m, assez large composée essentiellement de paves avec au centre, une étroite bande de bitume.
Assez rapidement et sans slalomer, je trouve mon rythme. Il est un peu plus élevé que la semaine précédente, ce qui me fait penser à ce qui s’est déroulé 6 jours plus tôt, à Charenton. Aurai-je assez de jus pour aller jusqu’au bout ?

Le long du canal, nous devons luter contre le vent de face. Pour l’instant, le peloton est encore compact et on peut s’aider des autres concurrents pour s’en protéger un peu. Les 400 derniers mètres de ce circuit sont sur les pavés. Heureusement, ce ne sont pas les pavés irréguliers des quais de Seine même si nous aurions préféré une surface plus agréable. Cela dit, avec les Hoka ça passe super bien.

Le premier tour bouclé, je reviens à la hauteur de Francine qui s’est déguisée pour l’occasion. Comme la semaine précédente, je vais revenir sur elle et rester à sa hauteur avec toujours ce doute de pouvoir tenir jusqu’à la fin.

Je rappelle à Mickael, qui semble à l’aise, qu’il devrait prendre la poudre d’escampette pour aller chercher un bon chrono. Faut dire qu’à 25 ans, un physique de champion taillé pour faire de belles performances en course à pied, il est capable d’assurer seul, mais pour une première il souhaite assurer l’essentiel, bien terminer. Il aura certainement l’occasion d’améliorer son chrono sur d’autres défis.
Nous allons donc faire quelques tours ensemble et à chaque passage à proximité de la ligne d’arrivée, nous serons bien encouragés par une haie d'honneur de pompoms girls, par Jérôme à qui j’ai laissé mon appareil photo et par Edouard qui a eu le courage de venir nous supporter (avec son appareil photo) ce qui est super sympa.

Vers la fin du 3e tour, nous sommes dépassés par des flèches, les premiers de la course en duo.
Lors du 4e tour ce sont les premiers du 10 km qui nous mettent un vent, ça va vite !
A chaque tour, sur la petite partie où les coureurs se croisent, j’encourage Jean-Pierre, Joseph et Marc.

Dernier tour, j’invite à nouveau Mickael à se faire plaisir. Cette fois il accepte et je le vois partir doucement. Un petit souci au ravitaillement lui fera perdre quelques secondes. Il a voulu ramasser le gobelet ou l’orange qu’il lui a échappé des mains. Faut pas s’arrêter pour ça !

Pendant ce temps j’ai perdu Francine. Ai-je accéléré ou a -t-elle flanché ? D’après mon chrono j’ai très légèrement augmenté l’allure mais de là à ne plus la voir sur la courte partie où on se croise, je suis très surpris. En fait, elle était bien derrière moi, cachée par d’autres concurrents...

Dernier virage, j’aperçois 2 schtroumpfettes que je dépasse puis j’ai en ligne de mire Nadia et Isa en pleine discussion.
Je n’arriverai pas à revenir sur elles mais je dépasse un groupe de 4 ou 5 coureurs dont un ne l’entends pas de cette oreille. Il va résister et nous franchirons la ligne quasiment en même temps, heureux d’avoir terminé cette belle course.
Je retrouve Jérome, Mickael et Edouard qui me précisent que Francine est arrivée pas loin derrière moi, ce qui me rassure.

Pascal est parti à la rencontre d’Isabelle et des schtroumpfettes alors que Marc en termine.

 

Bravo à Pascal pour son très bon chrono

Et bravo aussi à Marc, qui en a gardé sous le pied pour le semi-marathon du lendemain

La course terminée pour tout le monde, on retourne rapidement au gymnase pour ne pas prendre froid.
Le chemin qui nous ramène à la salle sera l’occasion d’échanger nos impressions sur la manifestation. Les avis sont partagés : Il y a ceux qui préfèrent les buttes Chaumont, d’autres qui n’ont pas aimé les pavés, les nombreux changements de dirrection, ceux qui ont aimé le parcours plat...
Pour l’ami Pascal, les buttes Chaumont, ça monte et ça descend, et quand la pente est favorable, après en avoir un peu bavé, on peut se refaire une santé, car sur le plat pas de répits.
C’est vrai, mais je pense que le temps que j’aurais perdu dans les grimpettes n’aurait jamais été récupéré dans les descentes et jamais je n’aurais fait ce chrono dans les buttes.

Pour terminer, merci à tous les amis de leur présence, et bravo à vous tous pour votre course.

.

Merci à cette belle organisation, rien à dire, c’était parfait. 
Merci à tous les bénévoles sans qui rien ne pourrait se faire.
Merci à Edouard d’âtre venu nous encourager et nous photographier. 

Merci et bon rétablissement à Jérôme. Remets-toi vite pour qu’on s’en fasse une petite tranquillement.

Merci pour vos encouragements.

Prochain rendez-vous, début mars pour le semi-marathon de Paris.

Trace GPS
 :

Toutes mes photos :
4/130

Partager cet article

Commenter cet article

Sydoky 22/02/2014 20:04

Bravo Hubert pour cette belle course et reportage photos !

Bosyk 22/02/2014 19:34

Super récit comme a l'habitude
Il va falloir en faire un livre racontant toutes tes courses
Merci pour tout
Jérôme