Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CaP ou pas CaP ?!

24 km trail Seine Mauldre à Bouafle (78) - Edition du 16/09/2012

17 Septembre 2012 , Rédigé par Hubert Leclercq Publié dans #Récit de courses nature-trails


 

En ce dimanche des journées du patrimoine j'ai décidé d'aller redécouvrir la campagne et les bois de l'ouest parisien pour prendre un bon bol d'air. 
Depuis mon inscription à la mi-août sur la plus longue distance j'ai connu quelques soucis musculaires pour lesquels j'ai stoppé la course à pied pendant 15 jours. C'est pourquoi j'ai envoyé un mail à l'organisation pour demander à passer sur le 12 km. 
Sans réponse de leur part à ma requête, je me suis donc rendu sur place sans savoir si j'allais faire le 12 ou le 24 km. A mon retour, je constaterai que mon courriel n'est jamais arrivé puisqu'il n'est pas parti... 
Par contre, la veille, j'ai bien reçu une demande de co-voiturage transmise par l'organisateur. Comme j'ai été le seul à répondre, j'ai donc accueilli ce dimanche matin à 7h00, devant le portail des Archives nationales, Samuel, un jeune coureur qui en est à sa seconde épreuve après un marathon de Paris bouclé en 3h13. 
Et c'est parti pour un petit voyage d'une heure en passant par Villejuif pour récupérer Laurent à son domicile. 





Cette année le départ sera donné à Bouafle soit à peu près au 3e km du parcours de l'année précédente. Le reste du tracé est le même à l'exception d'une petite boucle de 500 m avant d'entrer dans Flins-sur-Seine où était jugée l'arrivée en 2011. Bilan de cette modification 23,2 km au compteur du GPS. 

A notre arrivée nous constatons qu'il fait plus frais qu'à Paris. Je constate que je suis bien dans la liste des inscrits du 24 km et comme je suis en pleine forme ce matin je ne vais pas demander à changer. 
Il y a un peu de monde sur la place de la mairie mais nous récupérons notre dossard rapidement avant de retourner à la voiture nous préparer. 

Une fois prêt nous retournons au centre du village pour voir comment est l'ambiance mais aussi pour faire quelques clichés. 





Puis c'est parti pour un petit tour dans le village en guise d'échauffement. A Flins nous avions le grand parc de l'hôtel de ville pour nous mettre en condition, c'était nettement plus verdoyant et agréable. 
Après une dizaine de minutes nous revenons au point de départ pour assister au briefing. 
Après cette courte causerie nous nous rapprochons de la ligne de départ. Quelques applaudissements accompagnent le départ de l'athlète handisport et de son accompagnateur puis c'est notre tour. 

Le départ est en montée ce qui m'évitera de m'enflammer et faire n'importe quoi. 
Je pars donc cool. Après 1 bon km de course et la traversée de la nationale 13 nous quittons le bitume pour un chemin qui était beaucoup plus détrempé l'année dernière. 



Je reconnais bien le lieux. Ca va monter légèrement avant d'entrer dans les bois. 
Au 5e km environ se présentera la première difficulté du jour. Une succession de 2 bosses dont un petit raidillon qui oblige une grande partie des coureurs à se mettre à la marche ce que je ne vais pas faire et qui, peut-être, sera la cause de ma perte... 
En haut de cette première bosse, petite photo 



Dans le léger faux plat qui suivra il ne sera pas facile de doubler car le chemin sera parfois très étroit au point qu'il faudra même piétiner de temps en temps. 
Puis nous allons sortir de la forêt pour une dizaine de kilomètres en plaine, en plein soleil mais pour ce qui me concerne, ça ne me gênera pas. 
L’année dernière il y avait plus de champs de maïs qui nous empêchaient de voir au loin contrairement à cette année. 



La seconde difficulté du jour est la petite montée pour arriver à Herbeville, km 11, où se trouve l'unique ravitaillement qu'il fallait atteindre en moins d'une heure trente. A ma montre j'ai bien 11 km et 01h et 40 secondes. 
Nickel, tout va bien. 
Je vais profiter tranquillement du ravitaillement car je sais que la suite va être un peu plus compliquée. 



4 petites minutes d'arrêt au stand et je remets la machine en route. L'année dernière quand j'avais demandé si le plus dur avait été fait on m'avait ri au nez et j'ai compris pourquoi après. Rien de bien méchant : 2 beaux raidillons qui se succèdent où j'ai dû me mettre à marcher, photo : 


Non, ça se sont des ânes qui doivent se marrer en nous regardant sachant ce qui nous attend cent mètres plus loin. 



Après ce passage délicat je sais qu'il reste une difficulté, une pente moins raide mais plus longue 4 km plus loin. Après la traversée de Bazemont j'ai un coup de mou qui arrive au pied de cet obstacle. Le manque d’entraînement certainement, j'ai eu les yeux plus gros que le ventre. Je me trouve un objectif "Neptunien" mais dans la côte elle va me mettre un vent... 



Nous retrouvons la forêt mais pendant 2 km je vais continuer à galérer un peu. Puis les intestins commencent à gargouiller, c'est mauvais signe. Après la descente et la traversée de Flins je dois faire une pause technique, je ne tiendrai pas jusqu'au bout. Mais il n'y a pas d'endroit pour s'arrêter et les bois sont impénétrables si bien que je suis de plus en plus inquiet sur mon sort quant à 2 km de l'arrivée apparaît un champ de maïs salvateur... 

Je vous passe les détails mais j'ai perdu pas mal de temps, pas assez pour être dans les temps du MBO. Pas grave, je passe la ligne d'arrivée en 2h18, soit 15 minutes de moins que l'année dernière, sans bobo et heureux de retrouver les potes qui ont fait une belle course. On me remet un buff en guise de cadeau et Laurent m'apprend qu'il a gagné un lot au tirage au sort 

 

Sympa, sauf que le bistrot du village est fermé. Alors après un bon ravitaillement nous nous changeons et reprenons la route. Laurent aura la gentillesse de nous inviter à prendre un verre. 
Merci l'ami, c'était super sympa et elle était bonne la Chimay !! 

 

Une belle matinée ensoleillée se termine. C'était ma 100e course. Prochaine étape le trail du Cord, 32 km le 30 septembre à Dommartin en Goelle. 

Grand merci  à l'organisation et aux bénévoles !!


Photos  sur Picasa
Trace GPS : Openrunner ou Garmin

Partager cet article

Commenter cet article

samuel 18/09/2012 14:44


à voir la grosse côte vue d'en haut, je comprends mieux le petit passage à vide que j'ai eu à ce moment là... Sympa ce petit récit de course!

Hubert Leclercq 18/09/2012 17:01



Merci Samuel.


J'ai oublié de féliciter et remercier l'organisation et les bénévoles sans qui nous ne pourrions pas courir. Au plaisir !!


 



nadine 18/09/2012 14:27


bravo pour ta 100ème course !! bizz Nadine

Hubert Leclercq 18/09/2012 17:00



Merci Nadine !!