Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CaP ou pas CaP ?!

50 km du Morvan - 12e édition du 07/07/2012

7 Juillet 2012 , Rédigé par Hubert Leclercq Publié dans #Récit de course sur route

 



Pour en avoir entendu parler à de nombreuses reprises j'avais envie d'aller me rendre compte par moi-même si ce parcours des 100 km du Morvan était aussi difficile que ce qu'on m'avait dit.
En effet, tous les coureurs qui m'en ont parlé m'ont affirmé que le Morvan était le plus dur des cents bornes pour deux raisons, son parcours et la météo. D'un point de vue météo, soit il fait très chaud et la chaleur est étouffante soit il fait mauvais et il faut lutter contre l'eau et le froid.
Pour une fois, vu la température affichée dans la voiture, ça pourrait être la journée parfaite à condition que ça ne change pas…
Quant au décor, Château-Chinon est une petite cité de l'est de la Nièvre comptant un peu plus de 2000 habitants. Sous-préfecture connue car François Mitterrand y a été maire plus de 20 ans, jusqu'à ce qu'il soit élu président de la République, en 1981.


Photo de l'hôtel-restaurant où "habitait" François Mitterrand.

Mais la ville est située en plein cœur du Morvan, parc naturel régional à cheval sur les 4 départements bourguignons : l'Yonne, la Côte d'Or, la Saône et Loire et la Nièvre, considéré comme une extension du massif central. Il ne faut donc pas s'attendre à un parcours plat.

D'un point de vue organisationnel je comptais partir le vendredi et passer la nuit qui précède la course chez mes beaux parents qui ont une maison de l'autre côté du département. Mais j'ai du revoir mes plans et finalement, 2 jours avant, l'ami Pascal se propose de m'accompagner. C'est tellement sympa que je ne peux refuser mais je le préviens que le départ sera très matinal.

Après une très courte nuit, Pascal et moi quittons notre château. Pour ne pas me retrouver au château de Chinon en Indre-et-Loire j'ai du saisir sur le GPS de mon téléphone Château-Chinon ville, bon à savoir…
C'est le premier week-end de départs en vacances alors le trafic risque d'être dense.
Il y a un peu de monde sur le périphérique à cette heure très matinale mais rien de bien méchant qui viendra perturber notre voyage. Juste un bel arc-en-ciel et de grands nuages bien noirs sur le département du Cher, au niveau de Cosne-sur-Loire, que nous n'espérons pas voir au dessus de notre tête. Heureusement, après Nevers, le Morvan se profile et nous accueille avec un ciel complètement dégagé, ça va être chaud !!

Je ne m'étais pas trompé en disant à Pascal que j'avais le souvenir que la ville était en haut d'une bosse, c'est que ça grimpe bien.
A l'entrée de la ville, en train de faire le plein, nous reconnaissons notre collègue Thierry qui, comme nous, est parti tôt de la capitale. Comme il a déjà participé plusieurs fois à cette épreuve il connait le parking et va nous y emmener. Une fois garé nous allons aussitôt récupérer notre dossard. Ce sera aussi l'occasion d'inscrire Pascal en tant qu'accompagnateur et de récupérer le beau maillot qui nous est offert.



L'accueil est chaleureux, l'organisation a mis une maquette à l'échelle représentant le dénivelé, je sens qu'on on va bien s'éclater !!



La rue principale est interdite à la circulation. L'arche servira à donner le départ et à juger l'arrivée. De retour à la voiture nous nous mettons en tenue. Nous entendons le speaker qui annonce le passage de tous les coureurs du 100 et 75 km qui terminent un tour (le départ de ces 2 distances a été donné à 6 heures du matin).
Thierry hésite sur le maillot qu'il va mettre, pire qu'une nana. On fait la connaissance d'autres participants dont le mari d'une concurrente qui a un sacré palmarès (Christine DENIS-BILLET). Elle est là pour se tester après 2 années de blessure.
L'heure tourne et il faut se rapprocher de la ligne de départ.



Pascal vérifie sa caméra.



D'après la liste des inscrits nous ne sommes pas très nombreux à nous aligner sur le 50 km (25 coureurs environ). Ils sont un peu plus nombreux sur le 25 km. Sur le 100 et le 75 pas de grosse tête d'affiche parmi la soixantaine de concurrents. Ce qui fait dire à la presse locale que tout est possible sur la distance phare de la journée.
A 10 bonnes minutes du départ le speaker annonce que la voiture de 4 coureurs a rencontré des difficultés et que le départ est repoussé de 30 minutes pour les attendre. Personnellement cela ne me gène pas. Ces pépins peuvent arriver à n'importe qui et à leur place j'aurais bien aimé qu'on en fasse de même.
Cela me permet d'aller faire un tour aux toilettes et de visiter vite fait le centre ville qui montre, malheureusement, qu'il se meurt car j'ai vu quelques commerces fermés n'ayant visiblement pas trouvé de repreneur.

De retour à proximité de l'arche, l'organisation fait honneur à l'association leucémie-espoir 58 en organisant un lâcher de ballon.



Même si ça rend les enfants heureux de voir s'envoler ces ballons, ça pollue et je ne trouve pas cela très bien. Il doit y avoir d'autres moyens pour mettre en avant une aussi belle association comme celle-ci.
Après le décompte 10, 9,8….. PAN c'est parti
Je souhaite une bonne course à Thierry et je m'emballe dans cette belle descente qui s'offre à nous dès le début. Première erreur !!



Seconde erreur, dans montée qui suit le premier ravitaillement et qui va nous conduire à Arleuf je m'obstine à vouloir suivre des coureurs (coureuses) du 25 km (je me prends pour Neptune). Pascal qui en bave aussi sur son vélo me dit de ralentir, trop tard le mal est fait !!



Ca grimpe, hein biloute !!!!

L'aventure continue après ce second ravitaillement ou j'ai bu que de l'eau et pris 2 rondelles de saucisson. Je n'ai pas fait les mêmes abus qu'à l'éco-trail, merci Pascal.
Il nous faut faire attention aux voitures car le parcours n'est pas fermé à la circulation. Heureusement les automobilistes, certainement des riverains, sont très prudents et ça se passe plutôt bien.
Désormais ça descend, en pente douce mais ça descend. Comme d'habitude Pascal fait le yoyo avec sa caméra mais il en profite aussi pour discuter avec pas mal de concurrents. Nous traversons une forêt qui cache un peu le soleil ce qui me fait frissonner un peu. Là où le soleil est présent il fait suinter le bitume et le rend collant en certains endroits, comme quoi, même si la température est supportable, ça chauffe quand même.
Au ravitaillement du 15e nous sommes accueillis par de nombreux bénévoles déguisés en indiens qui nous ont préparé de bonnes choses à manger comme des crêpes mais j'en abuse pas pour le moment, j'en prends une puis je taille la route.



Désormais ça remonte mais la pente est plus douce que la précédente difficulté. Après cette côte de Fachin, du 17e au 23e km environ c'est de nouveau une légère descente essentiellement à travers une forêt avec de temps en temps une belle vue sur le Bazois et la pleine du Nivernais.
Au 23e une petite butte à gravir avant de remonter sur Château-Chinon où une dernière difficulté nous attend à 500 m de l'arrivée.

Le premier tour terminé j'ai le moral dans les chaussettes. Même si ça fait du bien d'être encouragé par le speaker, je sais que la principale difficulté du parcours est proche et que je vais souffrir. Ce qui me contrarie aussi c'est que nous allons être moins nombreux sur le circuit et j'ai peur de me retrouver souvent seul. Enfin les nuages ont fait leur apparition et dissimulent de temps en temps le soleil, le vent se lève un peu, ça devient un peu orageux.

Avant la fameuse côte d'Arleuf une concurrente du 100 km que je dépasse m'encourage, j'en fait de même. Désormais les concurrents que je vais passer sont des tous des centbornards avec qui je passe plus ou moins de temps à papoter. De toute façon dans la côte je n'ai que ça à faire et profiter des magnifiques paysages Morvandiaux, très verdoyants et irrigués par de nombreux cours d'eau dont l'Yonne qui prend sa source pas très loin de là.



En tous les cas nos pérégrinations laissent insensibles les belles charolaises qui broutent une herbe bien verte.



Dans la côte d'Arleuf deux italiennes me dépassent.



Je vais faire l'effort pour les suivre et même repasser devant mais au ravitaillement elles ne feront qu'une courte pause alors que je vais prendre mon temps. Pascal revient à ma hauteur puis un centbornard me dépasse. Il avale cette côte pour son dernier tour d'une facilité déconcertante. Je dis à mon ami que j'en ai ras le bol. J'ai hâte que ça se termine mais je sais que le plus dur est passé.
En repartant du ravitaillement d'Arleuf où j'ai bien bu nous sommes arrosés par 3 goutes d'eau, rien de grave.
A partir de là c'est la descente. Je me remets à trottiner ce qui va me permettre de revenir sur un groupe d'italiens (2 hommes et une femme) que je ne vais pas suivre très longtemps car ils parlent si fort, à la limite d'en venir aux mains, qu'ils me saoulent.
Pascal me dit que c'est leur façon de s'exprimer, je vais vite les dépasser et les laisser. Puis Pascal aperçoit un gars de son club, il part à sa rencontre. Quand je vais arriver à sa hauteur je vais aussi reconnaitre quelqu'un du club de Francine. Un monsieur que j'avais rencontré avec son épouse au 100 km des étangs de Sologne en 2009. Mais là son épouse l'attend en ville car le parcours doit être trop dur pour elle.



Une petite photo et c'est le fameux ravitaillement du 40 e où les indiens nous attendent. Ca fait du bien, on en profite un maximum (2 crêpes). Il ne reste que 10 km, pour le challenge du site PCaP c'est foutu mais je m'en fiche.
Au 45e km un autre centbornard me dépasse. Je l'encourage et le félicite, son accompagnateur me souhaite une bonne fin de course, sympa le gars.
J'aperçois enfin les premières maisons de Château-Chinon, puis le panneau de la ville. Ca sent l'écurie !!



Je zappe le ravito du 49e kilomètre où tout le monde m'encourage, bénévoles comme coureurs. Merci à tous.
Dernière difficulté et je vois les bénévoles se mettre en place pour bloquer la circulation. Des personnes m'applaudissent, dernier virage, coup de sifflet du signaleur pour prévenir ses collègues puis une cloche retentit annonçant mon arrivée. J'entends mon nom dans les haut-parleurs, je vois aussi mon ami avec sa caméra, l'arche est là, c'est terminé.
Les bénévoles autour de moi récupèrent mon dossard et me demandent si je vais bien.
Pas de soucis, je leur dit combien ce parcours est difficile. Une bénévole se propose de me prendre en photo aux côtés de Pascal, ce que nous acceptons volontiers puis, après avoir profité de quelques verres de pepsi nous allons changer de tenue et ranger le vélo dans la voiture.



De retour à la salle nous assistons à la remise des récompenses du 50 km. Le vainqueur est une dame en 3h53. La dame qui revient de blessure est troisième en 4h13. Chapeau mesdames !!

J'aurais bien aimé profiter d'un massage mais la dame est seule et bien occupée, tant pis. Avant de repartir nous allons prendre un bon rafraichissement à la terrasse d'un café où je verrais arriver une féminine du 50 km qui fait parti de l' ASPTT CHALONS EN CHAMPAGNE puis du 6e au 100 km, Gilles Lambert, qui m'avait parlé de cette course aux 6 heures de Lisses en décembre dernier.

Nous aurions aimé rester pour voir notre collège mais il se fait tard et nous avons plus de 3 heures de route. Trajet qui se fera tranquillement tout au long de l'A77 mais sur l'A6, juste après le péage, de belles averses orageuses vont s'abattre sur nous pendant une petite heure.
Nous sommes bien rentrés mais hyper fatigués. C'est une aventure que j'organiserai différemment la prochaine fois car trop épuisant mais quel bonheur de l'avoir fait.

Merci à l'organisation, aux bénévoles, aux riverains pour leur accueil, leur générosité et leurs encouragements.
Grand merci à mon ami Pascal qui a eu bien du courage à me suivre en vélo sur ce parcours très vallonné.
Grand bravo à tous les participants. Dommage qu'il n'y en ait pas plus car le tracé vaut le coup d'œil.
Voilà comment se termine ma 98e course. La 100e un cent borne ?
Merci et à bientôt.

Mes photos : https://picasaweb.google.com/113245630134072672330/20120707100KmMorvan#

Résultats : http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/35/12/48/Edition2012/Resultats/100Km-du-Morvan---resultat-des-courses-du-7-juillet-2012.pdf

Trace GPS : http://www.openrunner.com/index.php?id=1785232 ou http://connect.garmin.com/activity/196708267

Partager cet article

Commenter cet article

Nadine 11/07/2012 14:25


coucou Hubert quel plaisir de lire ton cr j'avais l'impression d'y être - bravo tu as l'air d'avoir passé un très bon moment !!!! et au moins tu n'as pas vécu l'enfer des tordus car ce fût
l'enfer (pas compliqué de la boue, de la boue et encore de la boue mais pas celle qui colle non celle qui glisse!! je pense que Francine n'a tjs pas digéré). à bientôt peut-être aux maquisards je
devrais y être - bizz

Hubert Leclercq 11/07/2012 21:19



J'ai vu des photos du trail des tordus et j'ai effectivement vu beaucoup de boue.
Un trail sans boue n'est pas un trail mais quand il y en a trop ça devient un parcours du combattant.
Après 4 ans sans vacances, le dimanche des maquisards je serai sur la route du sud.
Pour l'avoir fait l'année dernière, c'est une belle course en plein milieu de la forêt Orléanaise.
Bonne continuation et au plaisir.
Bises



Sydoky 11/07/2012 13:44


Bravo Hubert De belles photos du parcours, tu as souffert mais il faisait beau et puis ça aide quand même un fidèle
compagnon de route. Bravo à tous les deux

Hubert Leclercq 11/07/2012 21:12



Je n'ai pas été raisonable en partant vite, je l'ai donc payé cash mais dans l'ensemble je m'en tire pas trop mal. 


Merci beacoup Sylvie !!


A bientôt
Bises